Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.


[festival] Gérardmer, dernier jour

Publié par Lolo sur 7 Février 2015, 12:04pm

Catégories : #Sur écran : sorties cinéma, #Cinéma SF & Fantastique, #Cinéma 2015, #Au-delà de l'Ecran : festivals, #Epouvante-Horreur

[festival] Gérardmer, dernier jour

Jour 4


Encore 10 cm de neige au réveil ce matin. Si j'ai abandonné la Nuit fantastique, je suis le seul motivé ce matin pour assister à la projection de These final Hours de Zak Hilditch. J'arrive à point pour prendre la meilleure place de la salle du Casino.

Première séance :

These final Hours

L'ambiance du film est posée direct. Le monde approche de sa fin et la population toute entière cherche une solution pour passer ses dernières heures, ou y mettre fin prématurément. Les symboliques sont fortes, et chaque scène est travaillée pour nous mettre dans la peau des personnages, magistralement interprétés par l’ensemble des acteurs. L'effet rouge-sépia des images est particulier mais contribue beaucoup à l'ambiance avec une bande sonore maîtrisée. Le rythme est assez soutenu, et très équilibré.

J'ai été très touché par l'humanité de James (interprété par Nathan Philips), tiraillé entre sa peur de mourir et la nécessité de trouver un sens à sa vie. Le réalisateur nous propulse dans sa peau... on s'y croirait.

Si le dénouement n'est pas une surprise, il nous submerge d'émotion.

Vous l'aurez compris, j'ai adoré.


5*

 

 

Titre original

These final hours

Réalisation 

Zak Hilditch

Date de sortie

4 septembre 2014 à l'Etrange Festival avec Synergy Cinema

Scénario 

Zak Hilditch

Distribution 

Sarah Snook, Jessica De Gouw & Nathan Phillips

Photographie

Bonnie Elliott

Musique

Cornel Wilczek

Support & durée

35 mm / 87 min

 

Synopsis : À douze heures de la fin du monde, avant qu'un terrible événement n'éradique la vie sur Terre, James traverse une ville où le crime règne en maître pour se rendre à une fête phénoménale – la fête ultime. En chemin, il sauve à contrecœur la vie d'une fillette, prénommée Rose, qui recherche son père à tout prix. Tandis que l'échéance fatale se rapproche, James, désormais investi d'une nouvelle responsabilité, est contraint de remettre en question ses priorités.



Courts métrages


Petite parenthèse pour évoquer les courts-métrages proposés à Gérardmer.

Ce fut cette année un vrai plaisir. Tous les courts-métrages de cette compétition (100% de réalisateurs français !) étaient très agréables, et contrairement aux autres années, pas de déchet à mon goût. Ils sont travaillés visuellement, en particulier Habana de Édouard Salier, que j'ai préféré.

Deuxième séance :


Honey Moon de Leigh Janiak


Après ses performances sur le petit écran dans Game of Thrones, Rose Leslie fait une interprétation géniale de la jeune épouse habitée dans ce long-métrage. On y découvre une superbe actrice qui incarne le personnage avec passion. Harry Treadaway n'est pas en reste dans le rôle du jeune marié qui fait tout pour tenter de sauver sa femme.

Le film est un peu lent à démarrer, on comprend cependant vite pourquoi. Le scénario, pas vraiment original, est cependant très bien travaillé. Le cadre encore une fois très classique dans le genre, est transparent, laissant place au jeu d'acteurs qui monopolisent l'écran.

 

Encore un beau film ce dimanche qui vaudra un 4*.

 

 

 

Titre original

Honeymoon

Réalisation 

Leigh Janiak

Date de sortie

Septembre 2014 au Festival Européen du Film fantastique de Strasbourg avec Magnet Releasing

Scénario 

Leigh Janiak & Phil Graziadei

Distribution 

Rose Leslie, Harry Treadaway & Ben Huber

Photographie

Kyle Klutz

Musique

Heather McIntosh

Support & durée

35 mm en 1.85:1 / 87 min

 

Synopsis : Juste après leur mariage, Paul et Béa arrivent sur les bords d’un lac isolé pour y passer leur lune de miel. Peu de temps après, Paul surprend Béa déambulant au beau milieu de la nuit et en pleine forêt, seule et totalement désorientée. Le comportement distant et de plus en plus étrange de sa jeune épouse incite Paul à penser que ce qui semble lui être arrivé au fond des bois ne relève pas seulement du simple somnambulisme…

 

Troisième séance :
The Voices de Marjane Satrapi


Avant-dernière séance, au Paradisio, pour ce film tant recommandé par les festivaliers. Tous nous l'ont vanté ; nous en attendions beaucoup de cette comédie horrifique... et on n'a pas été déçus.


C’est l’année des films de genre « originaux » à Gérardmer. Un film très esthétique, où la réalisatrice utilise largement les couleurs pour nous mettre dans la peau d’un héros schizophrène attachant, qui vire tueur en série sous l’influence de ses animaux de compagnie. Ryan Reynolds est génial dans son interprétation, un excellent choix de casting.

4*1/2 « seulement » car un tout petit peu déçu de la chute, manquant d’originalité.

 

 

 

Titre original

The Voices

Réalisation 

Marjane Satrapi

Date de sortie

11 mars 2015 avec le Pacte

Scénario 

Michael R. Perry

Distribution 

Ryan Reynolds, Gemma Arterton & Emma Kendrick

Photographie

Maxime Alexandre

Musique

Olivier Bernet

Support & durée

35 mm en 2.35:1 / 103 min

 

Synopsis : Jerry vit à Milton, petite ville américaine bien tranquille où il travaille dans une usine de baignoires. Célibataire, il n’est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s’entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco. Jerry voit régulièrement sa psy, aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu’il apprécie de plus en plus Fiona - la délicieuse Anglaise qui travaille à la comptabilité de l’usine. Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire - du moins tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments...


Samedi, 19h, Cérémonie de Clôture

Nous clôturons donc notre séjour par cette cérémonie (que nous avons pu étonnamment réserver via la billetterie en ligne) suivie de The Mirror de Mike Flanagan.
Petit enchaînement de blablas habituels et remerciement divers.
Comme l’ont fait les présidents du festival, de l’association et le maire, je souhaitais également souligner la qualité de l’accueil auquel chaque année nous avons droit lors de cette manifestation. C’est en effet plus de 700 bénévoles qui sont mobilisés pour cet événement unique dans notre région ; et ils le font avec un tel dévouement et une telle gentillesse que c’en est troublant… si seulement c’était plus courant… un ENNORME merci à eux et à leur famille.



Je vous laisserai découvrir la liste des prix remis sur le site du festival.

 

Si nous n’avons pas été étonnés de voir récompensés Good Night Mommy et The Voices par deux fois, nous fûmes surpris et un peu déçus que le Grand Prix soit décerné à It Follows. Des mots du président du jury, c’est également le réalisateur en tant que tel qui doit être récompensé à travers cette distinction… Sans doute est-ce David Robert Mitchell plus que son film qui l’est cette année, même si la critique (je n’en fait pas partie visiblement) est plutôt globalement favorable. 

Commenter cet article

Wade Wilson 08/02/2015 12:42

J'ai trouvé Honeymoon sympathique, avec une Rose Leslie qui s'investit toujours à fond dans ses rôles! These final Hours m'a profondément ennuyé, si ce n'est le début post-apo plutôt sympa, et la fin qui donne enfin un sens à tout ça... It follows est superbement réalisé, avec cette ambiance carpenterienne vraiment assumée, mais le scénar est bien moins intéressant malheureusement. Ca reste toutefois sympa, avec une Maika Monroe impressionnante!

Vance 08/02/2015 16:17

Cool, merci pour tes commentaires. Je crois que j'ai déjà la note pour It follows, tu sais ce qu'il te reste à faire pour les autres.

Nous sommes sociaux !

Articles récents