Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Khumba : tolérons l'alternative sud-africaine

[critique] Khumba : tolérons l'alternative sud-africaine

Khumba : Les Triggerfish Animation Studios reviennent pendant les vacances avec un nouveau film d'animation dont l'action est toujours située en Afrique, après un sympathique Drôles D'Oiseaux l'été dernier. Jolie conte moral initiatique, Khumba saura ravir les enfants avec ses animaux sauvages barrés et satisfaire leurs parents avec son message de tolérance plutôt bien intégré au récit.

On aurait pu reprendre telle quelle notre critique de leur précédent film, Drôles D'Oiseaux pour parler de Khumba. En effet, la nouvelle œuvre des Studios Triggerfish possède exactement les mêmes qualités et les mêmes défauts, l'expérience acquise en plus. Il faut dire que les équipes Sud-Africaines sont pour l'instant encore à la traîne lorsqu'on les compare aux maîtres dans le domaine que sont Pixar et Dreamworks. Un constat néanmoins logique compte tenu du jeune âge des studios de Cape Town, dont le savoir-faire s'améliore de film en film.

Déjà scénariste de Drôles D'Oiseaux, Anthony Silverston se voit devenir également le metteur en scène de cette nouvelle fable animalière. On y suit le parcours d'un jeune zèbre né avec une petite différence (il lui manque des rayures), qui va devoir s'accepter et être accepté pour trouver sa place. Un récit initiatique relativement classique, suivant le schéma habituel du voyage semé d'embûches et de rencontres amusantes. Pas vraiment d'originalité, l'histoire de Khumba reste simple d'accès et particulièrement adressée au jeune public avec sa jolie morale sur la tolérance et la différence, qui traite avec une certaine intelligence de thèmes modernes. La galerie de personnages loufoques saura ravir les enfants, d'autant que certains sont particulièrement peu représentés au cinéma. On appréciera notamment les petites touches d'humour qui parsèment l'aventure sans toutefois la phagocyter totalement.

En revanche, on sent très clairement l'absence d'inventivité dans le parti pris graphique, lorgnant bien trop souvent du côté de Disney (mais comment leur reprocher de s'inspirer des meilleurs). Il est dommage que l'esthétique générale manque autant de personnalité, malgré un étalage technique indéniable (le film est une belle démonstration de ce que les Studios peuvent faire en termes de prouesse visuelle et technique). Pour l'instant, il faudra se contenter d'un film solide, qui n'ose pas trop s'écarter des sentiers battus pour se démarquer pleinement et dont l'appartenance aux Studios Triggerfish se justifie surtout par le choix très intéressant de situer son scénario en Afrique.

S'il ne pourra pas prétendre à concurrencer directement les films des autres firmes traditionnellement plébiscitées au Box-Office, Khumba pourra néanmoins créer la surprise en se positionnant comme une bonne alternative en cette période de vacances. Clairement destiné aux enfants, il devrait satisfaire les parents et ne pas trop les ennuyer. Ce n'est pas le genre de film que l'on conseille aux adultes, sauf aux fans de films d'animation curieux de suivre le parcours d'une jeune boîte très prometteuse, car Khumba est surtout une aventure naïve que l'on a déjà l'impression de connaître par cœur. Mais le très jeune public y trouvera très largement de quoi s'enthousiasmer, le discours n'étant jamais abrutissant ou insistant. Quelques maladresses dans sa façon de vouloir ratisser large avec quelques solutions de facilité (deux ou trois gags un peu vulgaires ou du moins dispensables), dans son écriture ne cherchant jamais à prendre de risques ou à se démarquer, mais l'ensemble reste une petite prouesse par rapport à la jeunesse des studios. On se réjouira d'avoir la possibilité de pouvoir se dépayser en allant voir le festival de couleurs et de musiques qu'est le très calibré Rio 2 ou en allant voir l'aventure africaine proposée par Khumba

 

Titre original

Khumba

Réalisation 

Anthony Silverston

Date de sortie

23 avril 2014 avec Metropolitan FilmExport

Scénario 

Silverston, De Seve, Bubna-Kasteliz, Wilder, Roberts, Bejoya & Delle Donne

Distribution 

Les voix en VO de Liam Neeson & Lawrence Fishburne

Photographie

 

Musique

Bruce Retief

Support & durée

35 mm/83 min

 

 

Synopsis : Un zèbre demi-zébré est considéré par son troupeau comme la cause de la sécheresse persistante. Il décide de quitter leur lieu de retraite et part à la recherche de ses rayures perdues. Il est aidé dans sa quête par une vieille gnou et une autruche fashionable. C'est également pour trouver un moyen de sauver son troupeau de la sécheresse qu'il traversera maints dangers. 

[critique] Khumba : tolérons l'alternative sud-africaine